Permaculture

Initiation à la permaculture

Vous avez décidé de vous mettre à la « permaculture », ce nouveau nom à la mode, qui vous reste un peu vague. Nous allons vous expliquer comment mettre en place les bases de cette pratique. Il y a énormément de choses à dire alors procédons étape par étape.

Écosystème et biodiversité

Pour nous, la permaculture n’est pas seulement une « alternative » à l’agriculture moderne, c’est tout un ensemble de choses à mettre en place qui sont bénéfiques à la fois pour nous (tous) et pour l’environnement.
C’est une façon de penser, un mode de vie éthique. La permaculture c’est la création ou la reproduction d’un écosystème, en observant la nature et en la comprenant pour mieux s’en inspirer.

La permaculture n’est pas une idée récente contrairement à ce qu’on pourrait croire. Elle part de constats simples, la dégradation de l’environnement et de la biodiversité par l’agriculture industrielle, l’extinction massive de la faune et de la flore sauvage, l’extraction de ressources à bas coût,ou encore l’exploitation globale de l’humain.
Elle s’inspire elle-même du modèle d’agriculture naturelle de l’agriculteur japonais Masanobu Fukuoka (1913-2008).

Les principes résilients de la permaculture sont multiples et s’appliquent autant à l’extérieur qu’à l’intérieur.
Ils s’appuient sur des valeurs fondamentales:

  • Prendre soin de la nature (environnement global, l’eau, le sol, les fôrets…)
  • Prendre soin de l’humain (respect de vous-même, de la communauté et des générations futures)
  • Créer l’abondance pour un partage équitable

Pas à pas

Il existe une approche d’ingénierie nommée OBREDIM.
Un acronyme anglais traduit par Observation, Limite, Ressource, Evaluation, Design/conception, mise en œuvre et Maintenance qui aide à mettre en œuvre la permaculture.

On vous explique. Il s’agit de récolter des informations pour comprendre votre environnement local. Cette collecte d’infos doit être continue pour s’améliorer. Il faut prendre en compte les limites (qu’elles soient matérielles, géographiques, législatives) et les ressources déjà sur place ou accessibles aux alentours. (Rappelez-vous, le partage! N’hésitez pas à demander des matériaux dans votre collectivité/communauté). Après une évaluation de toutes ces informations, vous pouvez entamer votre processus créatif de conception en utilisant au maximum de vos capacités et en créant une relation entre les éléments et les ressources à votre portée.
Les deux dernières “étapes” sont dans l’action, à votre rythme. La fabrication de votre site et son entretien pour le maintenir en bonne santé avec des ajustements au fur et à mesure de l’acquisition de connaissances, de matériaux…

Le jardin en permaculture

Aujourd’hui on aborde avec vous l’un des principes qui, pour nour, était fondamental lorsque nous nous sommes installés dans notre maison-atelier; la création d’un potager.
Il nous semblait important d’en mettre un en place au plus vite car il est synonyme de consommation saine, de partage et d’autonomie.
Voir pousser et manger ses propres fruits et légumes, c’est une des choses les plus satisfaisantes.

Il est cependant important de savoir que ce n’est qu’une petite partie du jardin en permaculture. La culture potagère s’accompagne d’une multitude d’autres pratiques extérieures:

  • plantes engrais, plantes aromatiques, répulsifs naturels
  • biodiversité florale et animale
  • arbres, arbres fruitiers/verger, arbustes
  • compost
  • gestion des points d’eau
  • endroits dédies: à la préparation de purin par exemple, rangement des outils

Nous essaierons de vous accompagner au fil des saisons, selon votre environnement, en vous parlant de nos expériences grâce à plusieurs articles. Nous partagerons avec vous nos réussites, nos échecs, mais surtout nos essais.

Le potager

Notre potager au bord de la Seugne, la première année.

Il sera toujours bon de réfléchir par vous-même et d’observer votre environnement car ce qui est valable chez nous pourrait ne pas l’être chez vous. Nous vous fournirons certaines notions théoriques et il sera votre rôle de mettre en relation ces informations avec vos observations sur le terrain de manière harmonieuse.

Citadins, ne vous sentez pas délaissés nous vous parlerons bientôt du potager urbain, ou encore du potager partagé, et les informations de cet article seront précieuses aussi pour vous.

Les prochaines étapes pour établir une culture potagère consisteront à découvrir :

  1. Comment protéger la vie du sol, la clé du respect de l’environnement
  2. L’apprentissage pour faire son propre compost, rien ne se perd, tout se transforme.
  3. Quand semer des graines, connaître le bon moment.
  4. La diversification des plantations, les légumes et les fleurs.
  5. Comment faire venir les insectes, chaque plante à son intérêt.
  6. Des astuces pour la maison, l’intérieur a aussi son mot à dire, on en sait quelque chose.

Vous pouvez dans un premier temps, trouver l’endroit le plus approprié pour installer ce potager. Il faut également réfléchir à son but; est-ce que le potager vous emmène vers une autonomie complète en légumes et fruits? Est-ce qu’il vient compléter votre alimentation, ou est-il ornemental ? Combien de personne voulez-vous nourrir avec ? Quels sont les légumes que vous aimeriez manger, et ceux qui poussent dans votre région, chez vos voisins ? Ainsi que le maximum de paramètres environnementaux avant sa conception, vent, zones d’ombrage, type de la terre etc…

Cela fait beaucoup d’informations à traiter, nous sommes disponibles sur les réseaux sociaux pour répondre à toutes vos questions.
On se retrouve dans un prochain article pour vous aider dans votre passage à l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *