Permaculture

Votre jardin en permaculture (1/6) – Protéger la vie du sol

Aujourd’hui, on vous partage notre constat sur la vie et la protection du sol, étape cruciale pour un jardin en permaculture pour y faire venir la biodiversité si celle-ci a disparu de votre espace, la protéger et la faire proliférer.

En effet, pensez à vos balades en forêt, et voyez comme le sol n’est jamais à nu : recouvert de feuilles mortes, de branches, d’herbe, de mousses, écorces, champignons, etc. Sachez qu’un sol varié sera toujours plus riche et les insectes y viendront s’y réfugier avec plaisir. Plus la biodiversité sera présente, plus votre terre sera enrichie, et donc, fertile !

Couvrir le sol sert aussi à garder une certaine humidité, et la chaleur accumulée durant les beaux jours. Certains découvrent leur sol au printemps pour le réchauffer plus rapidement avant de le recouvrir. Nous n’utilisons pas cette technique, car nous sommes adeptes des pratiques simples, et nous ne voulons pas brusquer le domicile de nos chers êtres vivants. Chaque fois que nous observons dans la paille, c’est des dizaines d’habitants au centimètre carré que nous découvrons. C’est toujours impressionnant de voir à quel point la vie du sol peut être riche.

Évidemment, libre à vous de tester et de constater vos résultats, nous-même essayons diverses techniques pour y trouver celle qui fonctionnera le mieux en fonction de notre sol et de notre milieu dans lequel nous vivons, il faut s’adapter.

Avec quoi couvrir le sol ?

C’est simple, avec tout ce que vous avez sous la main, en effet, en permaculture, nous essayerons d’utiliser un maximum ce que vous pouvez trouver vers chez vous, ou dans votre jardin : tonte de pelouse, foin, paille, etc. Chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. 
Votre paillage va nourrir le sol et le protéger, amender le tout au long de l’année. Si vous n’avez aucun paillage à disposition dans votre jardin, n’hésitez pas à aller en récupérer chez un agriculteur ou demander à votre voisin, la permaculture, c’est aussi le partage.

Les différents types de sol

Le sol est composé de 4 matières ; le calcaire, l’humus, l’argile et le sable. Chaque élément a son intérêt, le calcaire apporte du calcium et l’humus la matière organique. L’argile renforce la terre et la rend compacte alors que le sable lui donne de la légèreté.
On peut retrouver plusieurs types de sol dans nos jardins, en voici quelques-uns :

→ Sol avec une terre sableuse
C’est un peu l’antithèse de la terre argileuse. C’est une terre légère qui retient peu l’eau, hors les éléments nutritifs se trouvent aussi dans l’eau. Si le sol est trop sableux, il faut penser à l’enrichir avec du terreau ou des éléments du jardin comme les feuilles mortes et du mulch.
La terre sableuse est de couleur claire et, est composée de petites particules qui coulent lorsqu’on la prend.

→ Sol argileux
Plus la terre est argileuse plus elle est compacte et complique la circulation de l’air, de l’eau ou de racines dans le sol. Elle sature donc vite d’humidité et l’eau fini par stagner en flaque lorsqu’il pleut et elle devient sèche et dur lorsqu’il fait chaud.
Un sol trop argileux est dur à travailler, mais elle peut devenir l’endroit idéal pour votre potager si vous y ajouter du compost et du sable. La terre argileuse se reconnaît par son aspect collant quand il fait humide, elle forme des mottes. Les pissenlits aiment aussi ce type de terre.

→ Sol calcaire
Le sol avec une terre calcaire est friable, plutôt sec et de couleur claire. Elle draine efficacement le sol. On lit partout qu’elle est facile à travailler, personnellement, je trouve que tomber sur des roches en creusant ne rend pas la chose facile du tout ! L’engrais vert, avec ses racines longues et puissantes, peut aider à la déstructurer.
Les carottes sauvages indiquent un sol calcaire sec alors que des coquelicots, par exemple, indiqueront un sol calcaire plus chargé en humus.

→ Sol avec terre tourbeuse
C’est une terre très spongieuse, noire, avec des caractéristiques acides. Elle est pauvre en nutriment malgré sa richesse en matière organique. Son absorption de l’eau est caractéristique, elle lui permet d’être une éponge géante en hiver pour restituer l’eau en été.

→ Sol limoneux
La terre limoneuse, ou humifère, est proche de la terre argileuse bien que plus nutritive. Elle est sombre et grumeleuse, elle se tasse si on marche trop dessus.

Chaque terre a ses avantages et ses inconvénients, il s’agit donc de les travailler pour arriver à un bon équilibre selon vos désirs. L’équilibre de l’argile, l’humus, le calcaire et le sable donne une terre franche.

Le sol et ses habitants

Le sol est un milieu vivant qui regorge de biodiversité, et il est PRIMORDIALE de la respecter.

Pour cela, Claude Bourguignon, ingénieur agronome français, vous expliquera ce qu’il faut savoir sur les micro-organismes, vous pourrez également trouver pas mal d’interviews et reportage avec sa femme Lydia.

https://www.youtube.com/watch?v=K7wbDr_P8NU
https://www.youtube.com/watch?v=1Qmx-th9Wh8

Protéger la vie du sol est devenu le premier principe quand on veut faire son jardin en permaculture.
Il faut alors l’équilibrer selon le type de terre, y apporter des éléments qui enrichissent et nourrissent, le couvrir pour conserver l’humidité.

Notre expérience :


Dans notre jardin, nous recouvrons actuellement le sol avec de la paille, cependant, la première année nous avons utilisé le foin récupéré du fauchage d’herbes, de fleurs et de plantes hautes autour de la maison.


Notre sol est a tendance argileuse, mais aussi calcaire, alors pour creuser quand il fait sec, c’est difficile! Nous avons installé une partie du potager à côté de la rivière, et une autre partie au pied da la colline, dans le verger. Les expositions au soleil et au vent y sont différentes. Le paillage s’est avéré indispensable, car la végétation dans le verger est envahissante. Alors, si nous avons un conseil, bâchez ! Si vous arrivez sur un terrain fertile, trop fertile (avec des hautes herbes, pissenlits, chiendents…), posez une bâche (pendant 1 ou 2 mois minimum), qui ne laisse pas passer le soleil, avant la saison des semis, pour étouffer l’herbe et conserver toute la vie du sol.


Cela produira un effet désherbant efficace, sans aucun produit. Ni eau chaude salée, ni produits chimiques. Vous découvrirez votre sol nu. Et là vous pourrez y ajouter du compost, du terreau, de la paille, tout ce qu’il faut pour nourrir et préserver la vie de votre sol.
Nous avons ajouté à la paille, une ou deux pierres, des morceaux de bois en décomposition, de quoi attirer plusieurs types d’insectes. Nous ajoutons également régulièrement des déchets organiques de cuisine, en partageant avec le compost. Et effectivement, la vie est là et c’est impressionnant.

Nos plantations de l’année dernière, sous le paillage installé quelques semaines auparavant.

 

Maintenant vous avez les informations pour connaître votre sol et vous en occuper avant d’y planter des légumes. Bien que la saison des semis est là, vous avez le droit d’être en retard si vous faites les choses bien, il ne faut pas se précipiter. Si vous commencez à peine la préparation de votre sol, vous choisirez des variétés de fruits et légumes plus tardives. Et vous serez prêts pour planter d’autres choses, cet été ! Prochaine étape, faire son compost.

One thought on “Votre jardin en permaculture (1/6) – Protéger la vie du sol

  1. Marilor dit :

    Merci pour le récap ! Superbe article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *