Nature, Permaculture

Votre jardin en permaculture (2/6)- Faire son compost

Après avoir bien protégé son sol et préserver la biodiversité qui y vit, c’est au sol lui même de jouer son rôle naturel. On ne passe pas par quatre chemins pour vous parler du recyclage de vos déchets de cuisine, de leur transformation et donc, du compost. En effet c’est un élément important à la fois pour l’upcyclage de certains de vos déchets organiques et aussi pour le bon développement de votre jardin potager.

Le compost, c’est justement la matière organique qui résulte de la transformation de vos déchets verts, de la maison et du jardin, lorsqu’ils se décomposent.
Mais comment faire son compost efficacement ? Que mettre ou ne pas mettre dans son composteur ? On répond à plusieurs questions, et si on en oublie, posez-nous-les directement en commentaire sur les réseaux sociaux et on se fera un plaisir d’y répondre.

Qu’est-ce que le compost ?

Le compost est un mélange de déchets organiques, matières végétales et animales en décomposition. Compost signifie “engrais composé“.
En effet, c’est un fertilisant 100% naturel qui nourrit vos plantes, les protège des maladies et les renforce. Il renouvelle le sol de manière naturelle, gratuite et bénéfique.
Prenez l’exemple de la forêt, riche en humus car chaque plante ou feuille morte, tombe et participe à la régénération du sol.

Au jardin, le sol perd entre 2 et 3% d’humus par an. Le sol peut s’appauvrir si aucun apport en matière organique n’est fait.

Composter consiste donc à laisser se décomposer naturellement les déchets verts du jardin et de la cuisine. Ce sont les micro-organismes et macro-organismes du sol (vers, bactéries, levures, champignons microscopiques), ou insectes (larves de mouches, moucherons…) qui transforment ces déchets biodégradables en un compost de couleur brun-noir, un engrais organique qui va constituer une sorte de terreau fertile, un véritable humus, très nutritif pour les plantes.

Le processus :
La réaction de dégradation fonctionne grâce à l’oxygène et à la chaleur.
Deux phénomènes se succèdent dans un processus de compostage :

  • le processus de dégradation : il s’agit essentiellement de la décomposition de la matière organique fraîche à haute température (50 à 70°C) sous l’action des bactéries et grâce à l’oxygène.
  • le processus de maturation : caractérisé par une dégradation moins soutenue. Il va transformer le compost frais en un compost mûr, riche en humus.

Mettre en place son propre compost et dans quel endroit ?

À notre arrivée dans la maison, on a directement cherché une solution pour le compost. Et surprise, la mairie délivrait tout le matériel nécessaire, gratuitement, pour faire son compost. Le composteur en silo, qui fait 450 litres je pense, et le petit bio sceau pour la cuisine. Certaines mairies donnent des poules, cela dépend des régions, alors renseignez-vous!!

Il y a différentes techniques de compostage;

1- Le compostage en tas


(grands jardins, quantité importante de déchets)
Cette méthode consiste à faire un tas de déchets du jardin et de cuisine, de manière équilibrée entre azote et carbone (50/50), dans un espace dédié.
Le tas de compost doit être dans un endroit ombragé pour qu’il ne soit ni trop sec ni trop humide. Il faut retourner le compost de temps en temps pour conserver une bonne humidité et un bonne aération (toutes les 8 à 6 semaines).


2- Le compostage en surface


Le principe est le même, avec les mêmes composants. Les déchets sont préalablement réduits ou découpés (tondeuse ou broyeur) pour faciliter le travail des petites bêtes. Il s’agit ensuite de préparer sa terre, de la décompacter si besoin, et de mettre directement les déchets en place sur la zone souhaitée (un futur massif de fleurs, etc.). Cette méthode est une méthode à froid, très riche, qui permet un gain de temps en allées et venues au tas de compost, car les déchets du jardin sont utilisés là où ils sont produits.

Attention avec la tonte d’herbe qui peut pourrir et se transformer en amas visqueux peut transformable. Il faut veiller à une bonne répartition entre les éléments.

3- Le compostage en silo


(jardins moyens, quantité de déchets modérés)
Le silo doit être installé dans un endroit semi-ombragé. Comme le composteur est approvisionné par le haut, et la matière se décomposent et se tasse vers le bas, il est donc important d’aérer la matière dans le composteur. Au bout de 10 mois, j’ouvre la partie basse pour récupérer le compost. Vous pouvez trouver dans le commerce des modèles de composteur à retournement, de taille plus limitée, mais qui permettent la bonne transformation des déchets par les bactéries aérobies.

4- Vermicaisse pour vermicompostage


(pas de jardin, petite quantité de déchets)
Le compostage n’est pas réservé seulement aux heureux détenteurs d’un jardin, mais il s’adresse aussi aux Citadins. Pour cela vous pouvez vous confectionner un bac à vers.
Vous trouverez un PDF pour tout savoir sur le vermicompostage en cliquant ici.

Quelle matière composter ?

Télécharger l’image

Il est aussi possible de mettre vos déchets organiques directement sur votre sol, ou sur (ou sous) votre paillage, selon les besoins de celui-ci.
Cela dépend de la quantité de vos déchets.

Vous pouvez également recycler vos déchets de cuisine de manière étonnante et créative; teinture végétale, créations de papier avec les tiges en fibres ou les feuilles, etc.
On vous explique d’autres méthode de recyclage, plus créatif, dans un prochain article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *